Carnet d'écriture d'un thriller

Thriller : genre artistique utilisant le suspense et la tension narrative pour provoquer chez le lecteur une excitation ou une appréhension

La nuit dernière, j’ai écrit un article intitulé « Je suis nul sur Twitter ». Au début, je voulais l’appeler « The Twitter Experience », mais ce titre n’était pas en adéquation avec le ton de l’article qui se voulait surfer sur un peu d’autodérision et une pointe de provocation.

Je me suis amusé à écrire cet article, un peu en mode trash, avec un style différent de celui que j’adopte habituellement. Je n’en suis pas particulièrement fier, ce n’est pas le meilleur de mon blog, mais c’était assez fun à rédiger. Et surtout, je voulais tester un titre un peu plus « putaclic » avec un screenshot d’un jeu vidéo bien à la mode (Red Dead Rédemption II). Bref, c’était une petite expérience pour valider, ou pas, les conseils d’un ami.

Le bilan de ce test est plutôt intéressant. J’ai multiplié mon taux d’engagement par 22, j’ai eu 15 fois plus d’impressions que sur mes tweets précédents et j’ai eu deux retweets (mon record égalé). Ce n’est pas trop mal pour un nobody. Chose étrange, cet article a propulsé le nombre de mes abonnés sur… Facebook (+14 dans la journée !)

Mais ce que j’apprécie le plus, ce sont les interactions obtenues en commentaire sur mon blog avec trois autres auteurs. Ce fut particulièrement édifiant de lire leurs conseils. L’excellent Julien Hirt m’a donné sa méthode pour augmenter son audience sur Twitter. J’ai commencé à l’appliquer et ça fonctionne : j’ai déjà trois abonnés de plus… mais ce n’est pas tout, Jeanne m’a partagé son expérience et Alice Battante m’a conforté dans mon apaisement. Merci à vous trois.

Au final, mon audience sur Twitter n’est pas vraiment importante. Je voulais surtout démonter un mécanisme pour comprendre comment fonctionnait ce RS. Et aujourd’hui, je comprends un peu mieux.

Concernant l’article en question, je ne renouvèlerai pas l’expérience. Il est un peu trop long à mon gout, je préfère des textes courts sans digression. Et le ton adopté, un peu trash, ne me correspond pas. À l’origine, je n’avais pas prévu d’écrire l’histoire d’un « clash manqué », mais de développer un concept dramaturgique que je trouve très important pour les personnages d’un roman qui peuvent être soumis à des « obstacles externes d’origine interne ».

Je laisse mon dramaturge préféré, Yves Lavandier, expliquer de quoi il s’agit dans cette vidéo :

La nuit dernière, mon article devait donc originellement traiter de ce concept. Par dérision, je me suis identifié au jeune blanc-bec à la recherche de son « Jimmy Ringo » sur Twitter et j’ai raconté ma vrai/fausse histoire d’un clash manqué. Je trouvais ça amusant d’illustrer le concept « d’obstacles externes d’origine interne » avec mon Jimmy Ringo à moi, qui dans sa grande bienveillance, m’a laissé la vie (sociale) sauve. Bref, j’espère que vous avez apprécié le clin d’œil. 

Et n’oubliez pas une chose importante : la réalité est l’ennemi !

Image mise en avant tirée du film « The Gunfighter » (1950), écrit par William Bowers, William Sellers et André De Toth. 

2 réflexions sur “Obstacles externes d’origine interne

  1. Entre auteurs expatriés en Suisse, il faut bien se soutenir ! 😉

    Aimé par 1 personne

  2. princecranoir dit :

    Rien à ajouter, sinon que jadore ce film qui illustre l’article. 😉

    Aimé par 1 personne

Répondre à princecranoir Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :